la pérennité de la levure est économiquement avantageuse

D’après Assitolqui regroupe au sein de son Yeast Group de nombreuses entreprises du secteur, la durabilité est bonne non seulement à l’environnement mais aux comptes de l’entreprise : un fait désormais avéré, mais dont on parle rarement et qui n’est pas communiqué au monde extérieur. Cette conclusion quelque peu provocatrice était au centre de la conférence « Levure dans le respect de l’environnement : un modèle d’économie circulaire« , Organisé à Sigep de Rimini.

La levure est une filière durable par nature : la levure sucrière est d’origine naturelle et est cultivée au sein de l’entreprise, ce qui donne une seconde vie à tous les coproduits. En moyenne, 100 000 tonnes de levure sont produites chaque annéedont la moitié est exportée, notamment vers les pays de l’UE et la Méditerranée.

Mais dans un contexte économique où l’inflation augmente de jour en jour et avec la croissance des coûts de l’énergie qui risque d’arrêter les machines du système italien, la durabilité a toujours du sens? La réponse, selon Assitol, est affirmative, à condition de construire une réponse efficace aux problèmes actuels, qui ne sont pas le résultat du conflit russo-ukrainien, mais partent de loin.

Assitol : la levure exemple d’économie circulaire

« Le nôtre est un modèle d’économie circulaire – a déclaré Paolo Greci, président du groupe Assitol Sugar Yeast – qui lui fait désormais face spectre de l’économie de guerre. Il serait cependant inexact de dire que tout est de la faute de la situation en Ukraine. Les hausses des prix de l’énergie se poursuivent depuis des mois, la dépendance vis-à-vis de la Russie s’est accrue au fil des années. Les difficultés d’approvisionnement en mélasse de sucre, notre matière première, sont en partie liées au changement climatique, en partie aux conditions climatiques extrêmes affectant les cultures, sans parler des politiques énergétiques des grands pays producteurs, par exemple l’Inde qui mise sur le sucre pour faire du bioéthanol ».

Un jour, il y aura une confrontation sur tout cela, mais maintenant nous devons réfléchir à des solutions. « Nous avons l’intention de garantir la levure aux consommateurs comme nous l’avons toujours fait même en cas de pandémie. Nous sommes des autoproducteurs d’énergie, notre structure de production est un exemple de circularité mais, en même temps, nous sommes des ‘mangeurs de gaz’ et la situation très critique dans laquelle nous vivons exige de nouvelles réponses ».

ET’ Matteo Mura, professeur associé en ingénierie économique et de gestion au Département des sciences commerciales de l’Université de Bologne et directeur du Centre pour la durabilité et le changement climatique de la Bologna Business School, pour proposer une nouvelle vision utile même dans la crise actuelle. « Le terme durabilité est souvent utilisé de manière vague – a noté Mura -. C’est en fait très concret : d’ici 2050, 3 planètes comme la nôtre seront nécessaires pour fournir les ressources nécessaires au système économique. Ce n’est pas possible de continuer comme ça et c’est pourquoi nous essayons de reconstruire le système dans un sens durable ». D’où la triple dimension de la durabilité : environnementale, économique et sociale.

Le changement passe donc par les fameuses cinq transitions, parmi lesquelles se détachent l’approvisionnement énergétique et alimentaire. « Transition cela ne veut pas dire s’arrêter, mais grandir – a souligné Mura – dissocier le bien-être de l’impact sur l’écosystème « . La clé de voûte est l’innovation, qui permet des choix durables pour moderniser l’entreprise. « Cela stimule le changement – a observé le professeur de l’Université de Bologne -. En pratique, ses comptes économiques s’améliorent car l’innovation déclenchée par la durabilité, tant en termes de procédé que de produit, produit cet effet positif ».

Du point de vue de l’économie circulaire, le monde de la levure est loin devant les autres secteurs. « Sa capacité à gérer les cycles biologiques est exceptionnelle – a déclaré Mura -. Mais combien savent ? La valeur de la durabilité doit être communiquée et valorisée de manière appropriée. En particulier, son lien avec la bonne santé de l’entreprise doit être clairement exprimé, un fait qui malheureusement échappe encore à beaucoup ».

Ce qui apparaît véritablement urgent de ce qui est ressorti de la conférence Assitol, c’est le changement de mentalité. Aujourd’hui encore, le premier obstacle à l’adoption de mesures d’économie circulaire est la perception qu’il s’agit d’un coût plutôt que d’un investissement. Pourtant, c’est tout le contraire. Il y a aussi un manque de lignes directrices claires. Mura a décrit quelques étapes opérationnelles à mettre en œuvre : « Tout d’abord, il est nécessaire de communiquer la durabilité comme facteur de développement, à travers l’efficacité des processus de production et le repositionnement dans un sens stratégique. Ensuite, il est important de penser à la création de nouvelles filières de production, par exemple avec des biomatériaux. Enfin, la fragmentation réglementaire doit être réduite, un mal entièrement italien qui nuit également à la durabilité « . Parmi les questions les plus délicates dans le domaine législatif figure celle relative aux déchets, dont la récupération et le recyclage sont à la base de l’économie circulaire et peuvent créer de nouvelles opportunités commerciales.

Articles recommandés