produire sans gaspillage mais pas seulement. Voici ce qu'il faut faire !

Produire sans gaspillage mais pas seulement. Voici ce qu’il faut faire !

Sur le troisième numéro du Corriere del Pane nous avons interviewé le professeur Ricardo Guidettiprofesseur à l’Université de Milan et l’un des fondateurs de Laboratoire ACV Agrifoof. En tant qu’expert de l’économie circulaire, il nous a expliqué de manière claire et, nous l’espérons, exhaustive, ce qu’est l’économie circulaire et comment elle peut être appliquée même dans une petite-moyenne entreprise comme, par exemple, une pâtisserie.

Vous trouverez ci-dessous une étude plus approfondie grâce aux paroles du professeur Guidetti. Si vous souhaitez voir l’interview du professeur, Cliquez ici.

Professeur Guidetti, pouvez-vous expliquer en termes simples ce que signifie l’économie circulaire ?

Économie circulaire il s’agit d’organiser les systèmes de production de manière à ce que tout ce qui en sort puisse soit réintégrer le processus lui-même, soit éventuellement, si ce n’est pas possible, que les déchets réintègrent nécessairement un autre processus de production. En d’autres termes, il n’y a plus de déchets. Le système de production doit donc être organisé de manière à ce que tout ce qui n’est pas utilisé dans tel ou tel processus le retrouve dans un autre. Le “gaspillage” (gaspiller, jeter), ou jeter sans aucune forme de valorisation, doit être la dernière solution. L’économie circulaire il contraste avec le linéaire : prendre-produire-disposer. Cela signifie que les matières premières sont extraites ou collectées, puis transformées en produits qui sont utilisés jusqu’à ce qu’ils soient jetés comme déchets. Dans ce système économique, la valeur est créée en produisant et en vendant autant de produits que possible. Dans le système économique circulaire, en revanche, l’utilisation de matières premières est minimisée, tandis que la réutilisation des produits ou de leurs composants est maximisée. Enfin et surtout, les matières premières sont recyclées à un niveau très élevé. A ce jour, en pensant à toutes les évolutions énergétiques et technologiques, et à tout ce qui en découle, il devient de plus en plus difficile d’avoir du gaspillage ou, du moins, de ne pas vouloir appliquer de bonnes pratiques. La plupart du temps, donc, c’est une mauvaise gestion qui rend quelque chose d’irrécupérable”.

économie circulaire

Sur cette base, donc, selon vous, l’économie circulaire s’applique également à une petite entreprise, comment peut être une petite-moyenne boulangerie ? Et si oui, comment ?

“A mon avis, je dirais tout de suite oui, car c’est justement un concept, une mentalité, une approche de la production, donc il n’y a pas de différence entre le grand et le petit, la preuve c’est qu’on est tous impliqués, au niveau domestique, dans la collection séparée. Comme je le dis souvent : ce sont de petits gestes qui prennent du sens quand on les fait tous. Alors, à supposer qu’il n’y ait pas de discours d’économie d’échelle qui veut dire que les grands peuvent le faire et les petits pas, au niveau des petites réalités, la chose devient encore plus facile, car on peut s’appuyer sur le système vertueux qui , en partie, nous utilisons déjà à la maison. Une petite entreprise, comme une boulangerie, peut donc s’appuyer sur les filières existantes, comme la collecte des déchets. Sinon, parce que les dimensions sont un peu plus grandes ou qu’il y a des limites liées aux réglementations municipales, la boulangerie devra d’abord faire des évaluations liées aux systèmes qu’elle a mis en place, puis essayer de comprendre quel est le niveau technologique qui existe aujourd’hui. Parce que lorsque nous parlons de fuites d’un cycle de production, nous ne parlons pas seulement de matières premières, mais aussi d’une gestion correcte de l’énergie. Il est donc important de vérifier pour comprendre à quel niveau on se situe, peut-être en investissant dans un petit studio. Je me rends compte qu’une petite entreprise ne peut pas compter sur un gestionnaire de l’énergie ou à des études approfondies dans ce sens ; cependant, il peut commencer à penser à la consommation, sans tout prendre pour acquis. Laissez-moi vous donner un exemple simple et peut-être banal : lorsque la facture d’électricité arrive, ne la donnez pas immédiatement au comptable pour qu’il la paie, mais réfléchissons-y un instant, car elle contient des données techniques qui peuvent être très intéressantes et importante de ce point de vue. Réfléchir, c’est prendre conscience et mettre en place toute une série de bonnes pratiques qui peuvent conduire, par exemple, à une meilleure gestion d’un four ou de plusieurs utilisateurs, peut-être non plus en parallèle, mais de manière différenciée. Ce sont toutes des bonnes pratiques qui mènent à un bien commun : si je gère mieux mes besoins énergétiques, l’impact sera généralement d’un niveau commun. Car l’économie circulaire, c’est aussi ça : c’est une démarche qui, après tout, a un de ses objectifs dans le bien commun, c’est peu mais sûr ».

économie circulaire

Donc, au bout du compte, vous dites qu’il y aurait aussi un retour économique?

« L’aspect économique a été le moteur de l’évaluation énergétique jusque dans les années 1990. Toutes les évaluations qui ont été faites dans les années 1980 et 1990 visaient à réduire les coûts. Attention, je ne dis pas que cet aspect est moins important aujourd’hui, surtout ces derniers temps où les factures sont devenues exorbitantes, en fait cela continue d’être un élément non négligeable, mais aujourd’hui il y a la prise de conscience que cette énergie a un impact sur l’environnement . Et c’est là que naît ce moteur supplémentaire : le respect du bien commun. Je le répète, chaque réalité, et donc aussi la boulangerie, devra faire ses évaluations. Même si, à lui seul, le secteur de la boulangerie n’a pas de déchets excessifs. Pensons par exemple aux emballages : les sacs de farine sont en papier et entrent donc déjà dans le cycle de valorisation, mais pas que. Penser « circulaire » devient alors une démarche managériale : faire en sorte que tout se passe selon les canaux privilégiés et préférentiels. En ce sens, il devient une économie circulaire“.

Alors l’effort est-il vraiment minant, suffirait-il de penser « circuler » et d’attendre des autres, par exemple des fournisseurs, qu’ils le fassent aussi ?

« L’économie circulaire aujourd’hui est un discours intéressant car nous ne sommes plus à l’instant zéro, les canaux qui nous permettent d’atteindre l’objectif sont déjà à la portée de tous. C’est à cela qu’il faut réfléchir : les différents consortiums qui s’occupent de la relance, par exemple, ont déjà une longueur d’avance, et s’inscrivent parfaitement dans cette démarche. Ici, alors, cela devient une question de réflexion. Lorsque je choisis un ingrédient ou un élément à utiliser dans mon entreprise, je dois me poser une question supplémentaire : comment arrive cet objet ou cette matière première, fondamentale pour mon processus de production ? Quel est l’emballage? Qu’arrive-t-il à cette boîte ou à ce paquet particulier ? Et de là vient un autre aspect important lié à économie circulaire que l’on appelle réflexion sur le cycle de vie (pensez de manière circulaire). Je ne pense plus seulement à l’ingrédient dont j’ai besoin, mais aussi au packaging, au mode d’approvisionnement, etc. Voici le tournant, en pensant oui à la farine, mais aussi à la façon dont elle m’est livrée. J’ai donné l’exemple de la farine, mais la pensée s’applique à tout, aussi parce que si nous parlons d’une matière première comme la farine, nous parlons d’un secteur bien établi, qui a déjà adopté des approches vertueuses. Si l’artisan se met à penser ainsi, en exigeant que la marchandise qu’il commande ait un emballage spécifique et en cessant de vivre passivement la relation avec le fournisseur, en pensant à tort “je vais le jeter”, alors ce produit devient un “objet de marchandage”. ” et l’artisan va “forcer” une approche circulaire même à ceux qui lui fournissent l’objet, et ainsi de suite. C’est ainsi que nous arrivons à une approche circulaire dès la conception de l’ensemble du système de production. C’est un tournant historique : nous sommes tous impliqués du producteur au consommateur final. On pense aussi au pain et à sa signification, qui a un impact important sur le consommateur, plus que jamais cette catégorie doit se sentir concernée ».

économie circulaire

Durabilité : qu’est-ce que cela signifie et quelle relation a-t-elle (le cas échéant) avec l’économie circulaire ?

« Ce sont deux concepts tangents sinon parallèles, dans le sens où les points de connexion sont nombreux. Le concept de durabilité consiste à laisser, pour le meilleur ou pour le pire, à nos prochaines générations un environnement (au sens le plus large du terme) dans lequel elles pourront continuer à vivre. Évidemment, si l’on continue à considérer ce terrain comme une décharge, il suffit de peu pour comprendre que tout le système va bientôt entrer en crise. Le concept de durabilité se veut cependant plus large : la durabilité environnementale n’est qu’une des dimensions, en effet les aspects sociaux et économiques doivent également être pris en compte. Dès lors, il vaut mieux parler de développement durable corrélé, qui doit se concentrer sur ces trois dimensions. En effet, il est essentiel qu’ils soient équilibrés les uns avec les autres. En cela, la notion de économie circulaire est, si on veut, le bras opérationnel, car alors l’économie circulaire met en jeu des amplitudes, des dimensions, des aspects économiques… Il faut adopter des approches circulaires pour faire en sorte que le développement soit de type durable, c’est-à-dire un développement qui se concentre toujours sur l’homme et son bien-être et donc, l’attention, l’environnement comme reflet du bien-être de l’homme. Cela peut signifier qu’un choix qui ne convient pas aujourd’hui, parce que la société civile ne peut pas l’assumer, peut le devenir demain, compte tenu, en fait, d’une évolution déjà en place. Voilà donc pourquoi les deux concepts sont extrêmement liés l’un à l’autre”.

Êtes-vous en train de dire que l’environnement plutôt que la société nous impose des limites, pouvez-vous donner un exemple ?

« L’exemple que je donne habituellement est celui-ci : on pense à la durée de conservation d’un produit alimentaire, on sait que la durée dite de « durée de vie utile » est liée à un procédé technologique précis. Maintenant, la question que je pose et qui révèle un peu l’absurdité de ces considérations est : si j’ai un procédé technologique qui demande beaucoup d’énergie, mais qui prolonge la durée de vie, est-ce que c’est bien ou pas comme procédé ? Il est “mieux” de gaspiller de l’énergie, peut-être en donnant plus de vie au produit pour qu’il ne devienne pas un déchet, ou de gaspiller moins d’énergie et d’avoir une durée de conservation plus courte sachant que, probablement, ce produit, une fois entre les mains du consommateur, pourrait être périmée puis jetée ? C’est le grand trou noir dans les déchets de la chaîne agroalimentaire. C’est un sujet au centre de beaucoup d’attention et je ne vois pas encore la solution univoque, ou du moins pas en ce moment. C’est dire qu’à l’heure actuelle, certaines questions laissent encore des questions ou n’ont pas encore de réponses univoques, donc elles restent ouvertes ».

Ricardo Guidetti il est professeur titulaire de mécanique agricole au Département des sciences agricoles et environnementales de l’Université de Milan. Depuis 2018, il est président de la Commission Agroalimentaire (UNI/CT 003) à UNI. Depuis 2017, il est président du sous-comité (UNI / CT003 / SC 53) Machines et installations pour l’industrie alimentaire et la restauration collective. Et depuis 2012, il est président du Consortium A&Q – Polo pour la Qualification du Système Agroalimentaire. Il est également l’un des fondateurs de la laboratoire « Analyse du Cycle de Vie des Filières Agroalimentaires», spécialisé dans l’approche ACV appliquée aux systèmes alimentaires.

Cet article pourrait vous intéresser :  Quel est le poids d’un pâton à pizza ?
GDPR Cookie Consent with Real Cookie Banner