Vous pensez que les sushis sont plus sains que les pizzas ? Détrompez-vous

Vous pensez que les sushis sont plus sains que les pizzas ? Détrompez-vous

En étudiant l’histoire du sushi et sa popularité croissante aux États-Unis, M. Corson a découvert que la croyance populaire selon laquelle le sushi est meilleur pour la santé que la pizza n’est pas toujours vraie.

En fait, une boîte de sushi à emporter dans un supermarché américain peut facilement contenir autant de calories que deux tranches de pizza, et les rouleaux de sushi servis dans les restaurants sont souvent pires.

« Ce que nous considérons comme des sushis aux États-Unis s’est américanisé et cela implique davantage d’ingrédients gras tandis que le riz a tendance à être sucré », a déclaré Corson dans une interview à Reuters.

« Il y a beaucoup de sucre, de glucides et de sodium dans le riz et puis il y a le problème du poisson – comme lorsque vous mangez du poisson n’importe où – vous devez vous inquiéter du mercure. »

Mythe ou réalité ?

La mise à nu du mythe selon lequel les sushis sont toujours sains n’est qu’une des surprises que Corson a rencontrées au cours de ses recherches pour son livre « The Zen of Fish », qui associe l’histoire des sushis à celle de l’Américaine Kate Murray qui s’entraîne à la California Sushi Academy de Los Angeles.

En retraçant l’histoire du sushi au Japon, M. Corson a découvert qu’il ne s’agissait pas de manger du poisson cru, le mot sushi désignant simplement ses ingrédients essentiels : du riz assaisonné de vinaigre.

« Le sushi a commencé comme un moyen de conserver le vieux poisson et les vendeurs ambulants l’ont transformé en un casse-croûte grossier », a déclaré Corson, qui a vécu au Japon pendant trois ans et a également écrit « The Secret Life of Lobsters ».

L’américanisation des sushis reponsable ?

Au Japon, l’expérience du sushi plus « authentique » ou haut de gamme a perdu en popularité parallèlement à l’essor du sushi sur tapis roulant, moins cher et produit en masse pour les gens ordinaires, ramenant le sushi à ses racines prolétariennes.

Le sushi est arrivé aux États-Unis par le Little Tokyo de Los Angeles dans les années 1960. Il a été introduit par un homme du nom de Noritoshi Kanai, qui travaillait pour Mutual Trading Co. et avait déjà essayé d’introduire de la viande de serpent et des fourmis recouvertes de chocolat aux États-Unis, alors qu’il cherchait des produits à vendre aux Américains.

Depuis, ce plat est passé du statut de nouveauté exotique et aventureuse à celui de produit proposé partout, dans les restaurants, les supermarchés et même les stades de sport, mais il ne ressemble que de loin à son incarnation japonaise originale.

« Ce repas a subi une transformation spectaculaire. L’histoire du sushi est celle d’un changement sans fin », a déclaré M. Corson.

« Le sushi est considéré comme automatiquement sain parce que nous pensons que le poisson est plus sain que le bœuf et que les algues sont bonnes pour la santé, mais il s’agit d’un produit très hétérogène et les gens devraient être beaucoup plus conscients de ce qu’ils mangent. »

Alors le quel faut-il choisir pour garder la ligne ?

En s’en tenant à une pizza « raisonnable » (sans chorizo, charcuterie grasse ou extra de fromage), il est possible de consommer les deux sans drame pour la ligne… cela doit bien sûr rester occasionnel.

Dans tous les cas, une fois le choix fait, le plaisir doit être au rendez-vous. Le tout n’est pas de culpabiliser à chaque commande ou sortie au restaurant en famille ou entre amis !

Articles recommandés